Devenir médecin de campagne

Le métier de médecin de campagne est de plus en plus rare actuellement en France. Et pourtant, le CNOM ou Conseil de l’Ordre des Médecins estime à environ 2,5 millions de Français en zone rurale. La campagne n’est pas forcément un lieu qui attire tout le monde, et encore moins les médecins. Voici ce qui implique lorsque l’on choisit d’être médecin de campagne. 

Qu’est-ce que le désert médical ?

Le désert médical définit un lieu où les professionnels et les établissements de santé ne couvrent pas le territoire, en termes de besoins et de démographie.  En France, cela concerne les zones rurales comme dans le Nord, mais également les banlieues des grandes villes. Si le CNOM a recensé 285 840 médecins en 2016, la plupart ne sont pas attirés vers les zones rurales. Ils veulent continuer  savourer les plaisirs urbains. 

Pour résoudre ces problèmes de désertion médicale, une allocation mensuelle de 1 200 euros est versée aux étudiants qui s’engagent à s’installer dans ces zones désertées. L’ouverture de maisons médicales y concourt également, bien que ce ne soit pas encore tout à fait résolu. Avec le départ à la retraite de nombreux médecins et le nombre des nouveaux diplômés, l’écart est encore très grand. Leur remplacement demeure difficile. 

Qu’est-ce qui attend un médecin de campagne ?

Hormis le fait qu’il se trouve éloigné des grandes villes, le médecin de campagne exerce également quelques heures de plus que ses confrères citadins. Cela équivaut à une demi-heure de pause-déjeuner par jour et environ 50 heures par semaine, incluant les gardes et les consultations de nombreuses familles. Et pourtant, cela n’insinue pas que le médecin de campagne gagne plus que ceux des grandes villes. Cela constituent des raisons qui réticent les médecins généralistes. 

Mais, être médecin de campagne signifie aussi être à proximité des patients. Le médecin accompagne la vie de chacun. Cela peut débuter à sa naissance et terminer à la fin de sa vie. Comme l’accès à un spécialiste est quasiment difficile, le généraliste peut faire face à des soins complexes. Certaines fois, ses actes devraient se faire à l’hôpital mais il les effectue dans son cabinet même. 

Comment réussir sa carrière en tant que médecin de campagne ?

Si nombreux sont avisés à l’idée d’être médecins généralistes en zones désertées, cela ne doit plus être un blocage. Il est important de ne pas s’isoler dans son monde, à gérer seul toutes les complexités médicales. Ceux qui ont fait l’expérience témoignent que l’association est le secret de la réussite. En effet, le fait de s’associer à d’autres généralistes, infirmières et autres professionnels de la santé apaise le médecin de campagne. D’autres médecins se montrent même enthousiasmes face à la complexité des cas en zone désertée. Ce sont les acquis à l’hôpital qui constitueront des atouts en milieux ruraux ou en banlieues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *